Requiem pour un Massacre- Иди и смотри

Réalisation : Elem Klimov

Scénario : Elem Klimov & Ales Adamovitch d’après l’oeuvre d’Ales Adamovitch

Assistants réalisateur : Afanasyi Trishkin, N.Grakina, I. Levansdovskaya

Directeur Photo : Aleksei Rodionov

Montage : Valeriya Belova

Bande Originale : Oleg Yanchenko

Chef Décorateur : Viktor Petrov

Directeur Artistique : Viktor Petrov

Ingénieur du son : Viktor Mors

Superviseur des effets spéciaux : Albert Rudachenko

Durée : 2h22

Sortie en salles le 16/09/1987. Sortie en salles de la version restaurée le 24/04/2019.

Production : S. Terechtchenko, Belarus Films, Mosfilm, ArtKino Pictures Inc., Potemkine (distribution France)

Genre : Film de Guerre

Acteurs principaux : Aleksei Kravchenko, Olga Mironova, Luibomiras Laucevitchuis, Vladad Bagdonas, Victor Lorentz

Pays : Biélorussie, Union Soviétique

Note : 9/10

Regarder Requiem pour un massacre, c’est se prendre plus de deux heures d’horreur dans la figure et en ressortir épuisé, vidé, interrogatif sur la nature humaine. Et y repenser encore bien après. Il existe bien des films sur les horreurs de la guerre, mais ils ne sont pas aussi immersifs que celui-ci. En 1943, les nazis détruisirent par le feu six cent ving huit bourgades de Biélorussie avec leurs habitants. Elem Krimov nous convoque de suivre un de ces épisodes avec, Florya, un adolescent prêt à s’engager avec les partisans. Mais sa jeunesse lui vaudra de rester sur place et de devoir être le témoin d’atrocités commises sur les civils. Enfermé dans ce cauchemar, il embarque le spectateur, le convoquant de le suivre par des regards caméras mutiques. Le regard expressif et habité du jeune Aleksey Kravshenko renvoie à l’injonction du titre original Viens et vois (idi i smotri), en faisant un guide d’infortune qui nous prête ses sens pour ressentir ce que furent ces instants pour les populations locales. Grâce à un travail impressionnant sur le son et la réalisation, nous pourrons pénétrer sa surdité, vivre son traumatisme à travers les envolées de Mozart et des scènes semblant fonctionner au ralenti, tâter l’urgence par l’enchaînement des situations qui ne laissent plus le loisir de réfléchir.

A l’instar du récent (et très bon) Utoya 22 juillet d’Erik Poppe, qui s’en est probablement inspiré, l’avancée de Florya n’est qu’une fuite pour la survie sans espoir de retour à la vie d’avant. Pas de confort du plan séquence, mais une montée crescendo qui ménage très peu d’instants de répit et de l’horreur jusqu’au climax dans lequel le gamin pourra enfin déchaîner sa colère. Cette horreur n’est pas un étalage gore complaisant. Krimov a compris qu’un simple pano sur un charnier pouvait être plus traumatisant que de longs plans fixes et des scènes de torture. Il injecte ainsi plus progressivement et efficacement dans son film l’odeur de la mort, le bruit des foules et la fureur incontrôlée. Un chaos auquel il est bien difficile d’échapper, pour peu qu’on garde les yeux ouverts. La restauration de ce film est une vraie bénédiction. Dommage qu’elle ne soit diffusée que dans une poignée de cinémas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :