Lucky Strike – 지푸라기라도 잡고 싶은 짐승들

Une belle petite surprise qui ne révolutionnera pas le film choral, mais se contentera de l’illustrer agréablement avec ce cynisme relevé qui caractérise le polar coréen

Réalisateur : Kim Yong-Hoon

Scénario : Kim Yong-Hoon, d’après le roman de Keisuke Sone

Directeur Photo : Kim Tae-Sung

Montage : Han Mee-Yeon

Bande Originale : Kang Nene

Direction Artistique : Han Ah-Rum

Ingénieur du son : Kim Byung-in

Production : Billy Acumen, Kim Jin-Sun, MegaBox

Durée : 1h48

Pays : Corée du Sud

Sortie en salles le 8 juillet 2020

Acteurs Principaux : Jeon Do-Yeon, Woo-Sung Jung, Seong-Woo Bae, Man-Sik Jeong, Yuh-Jung Youn, Hyun-Bin Shin, Ga-Ram Jung, Kyung Jin

Genre : Polar choral

Note : 7/10

Soutenu par le festival de Beaune 2020 (qui n’a pas eu lieu), Lucky Strike est une belle petite surprise en ces temps de disette cinématographique. Il ne révolutionnera pas le film choral, se contentant de l’illustrer avec ce cynisme relevé qui caractérise le polar coréen, mais il laissera un petit sourire aux lèvres à l’issue de la séance. L’agent d’un bureau d’immigration, la tenancière d’un bar, un employé de sauna, un jeune chinois clandestin, un usurier : Autant de personnes occupant des mondes différents mais qui auront ici un point commun, un sac de bon gros billets. Lucky Strike suit les intrigues de chacun d’entre eux dans un découpage chapitré les mêlant pêle-mêle. Il distille les éléments qui feront se rejoindre ces différentes intrigues, appuie les côtés glauques, la veulerie de ses personnages et il se délecte de quelques retournements de situation.

Les acteurs ont également l’air de s’amuser comme des petits fous à interpréter ces archétypes sortis de films noirs. Si les tribulations de nos anti-héros renvoient sans arrêt à un univers désespéré dans lequel chacun peut être le sujet d’un fait divers glauque (les actualités de l’intro en sont la note d’intention), le personnage de l’employé et sa femme portent un semblant d’espoir pour ce monde. Kim Yong-Hoon fera reposer une grande partie de son suspens sur le dénouement attendu pour l’héritier de fortune du sac de billet, autant que sur la pièce rapportée féminine qui hante les premiers actes avant de faire une entrée fracassante là où on l’attend le moins. Pour relever la sauce, la bande originale est très agréable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s