The Other Side – Andra sidan

Réalisation : Tord Danielsson & Oskar Mellander

Scénario : Tord Danielsson & Oskar Mellander

Directeurs Photo : Andres Rignell & Henrik Johansson

Montage : Joakim Ekström Tessert

Bande Originale : Jonas Wikstrand

Production : Gila Bergqvist Ulfung

Pays : Suède

Durée : 1h27

Compétition Officielle Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2021.

Sortie VOD et DVD le 14 avril 2021

Acteurs Principaux : Dilan Gwyn, Eddie Eriksson Dominguez, Linus Wahlgren, Troy James, Sander Falk

Genre : Maison hantée, épouvante

Note : 6,5/10

Shirin, son mari et le fils de celui-ci, Lucas, né d’un précédent mariage emménagent dans une splendide maison mitoyenne. Le mari est contraint de s’absenter la semaine pour son travail, ce qui laisse notre belle-mère seule avec le beau-fils pour la semaine. Shirin prend à coeur ce rôle, mais elle peine à rivaliser avec la mère du gamin, décédée d’une maladie grave. Sa tâche sera bientôt compliqué par l’arrivée d’amis imaginaires et des manifestations qui commencent à mettre en danger la vie du petit Lucas. Incapable d’expliquer ces phénomènes, la belle-mère passe peu à peu pour la responsable. Pourra t’elle le protéger de ce mystérieux spectre qui rôde et qui semble bien décidé à s’approprier tout ce qui bouge et qui a moins de dix ans ?

Difficile de faire moins original que le synopsis de ce film qui serait inspiré de faits réels. Tord Danielsson et Oskar Mellander usent de tous les lieux communs rencontrés depuis que la maison du diable a fait entrer le film de maison hantée comme sous-genre incontournable du film d’horreur. La Suède est peu prolifique en terme d’horreur (exception faite du très bon Koko-Di Koko-Da de Johannes Nyholm), et on aurait pu s’attendre à ce qu’il y’ait une appropriation réelle du sujet, une patte venue du Nord comme pour le polar, ou bien une intégration du folklore local. The Other Side ne proposera rien d’autre que revisiter les classiques de la maison hantée, qui se sont déjà emparé de la place de la belle-mère dans un cadre similaire (Don’t be afraid of the dark n’est pas si loin). Le constant pillage du Shining de Kubrick devient aussi quelque peu énervant.

Passées ces déceptions, voyons le film pour ce qu’il est. The Other Side est tout entier construit sur l’angoisse. Il réserve quelques apparitions maléfiques, mais l’essentiel de son déroulement est dans cette attente qu’un événement, la disparition du fils, va se produire. Le duo de réalisateurs a réussi à poser son ambiance et à livrer un premier film soigné, (trop) épuré, parfaitement fini, dont certains plans parviennent à rester gravés dans l’esprit. Sa bande originale accompagne efficacement la montée de l’angoisse. Le film parvient à décrire avec acuité les enjeux de la position difficile dans laquelle se trouve Shirin et l’actrice Dilan Gwyn attire instantanément l’empathie. La dissolution prématurée du couple n’est plus une fin en soi à mesure que le film progresse, mais un obstacle à ce qu’elle puisse s’approprier son rôle de belle-mère. Le lien entre Shirin et Lucas est en apparence à sens unique, ce qui donnera une consistance importante à la poursuite qui conclut le film. Ce lien naissant permettra de hisser un peu tout ce qui précède vers le haut.

The Other Side pèche par son manque d’ambition, mais il est honnête et constitue un bon premier essai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :