Promising Young Woman

Réalisation : Emerald Fennell

Scénario : Emerald Fennell

Directeur de la Photographie : Benjamin Kracun

Montage : Frédéric Thoraval

Assistant Réalisateur : Michael T. Meador

Musique : Anthony Willis

Chef Décorateur : Michael Perry

Direction Artistique : Liz Klokzkowski

Pays : USA

Durée : 1h48

Sortie en salles le 26 mai 2021

Production : Emerald Fennell, Ben Browning, Ashley Fox, Tom Ackerley, Josey McNamara, Margot Robbie

Acteurs Principaux : Carey Mulligan, Bo Burnham, Alison Brie, Laverne Cox, Alfred Molina

Genre : Drame

Note : 6,5/10

Suite au viol de sa meilleure amie, Cassie a quitté la fac de médecine pour s’occuper d’elle, mais elle n’a pas pu empêcher son suicide. Depuis, Cassie a perdu toute ambition et elle passe son temps à piéger les hommes dans les bars, feignant d’être ivre pour qu’ils la ramènent chez eux et se fassent prendre en train de fauter. La reconnexion avec ses années de médecine va démarrer une croisade vengeresse autrement plus personnelle.

Première réalisation de l’actrice Emerald Fennell (Scénariste sur Killing Eve), Promising Young Woman est un cas d’école de film qui joue sur tous les tableaux sans savoir vraiment où il va. Promising Young Woman est-il une comédie? Non. Il est traversé d’un humour satirique qu’on ne peut pas nier, d’un humour noir teinté du désespoir de son héroïne et d’un ton post-moderne pop à la « on me la fait pas ». Mais dès lors qu’on saisit l’enjeu du film, cet humour devient amer et chaque nouvelle incursion dans la comédie échoue. Est-ce un rape & revenge? Oui et non. La vengeance est abordée moins frontalement et de façon plus édulcorée que dans le genre. Nous serions plus dans une variation de Kill Bill (et de La mariée était en noir) sur le thème du viol, avec cette liste emprunté aux films de Tarantino et ces clins d’oeil adressés à la caméra. Comme pour la mariée incarnée par Uma Thurman, la vengeance n’est pas une fin en soi, mais le symptôme d’un vide psychologique qu’elle n’arrive plus à combler. Bien que Cassie ait l’impression de contrôler ses actes, son avancée est chaotique.

Est-ce un film qui dénonce la culture du viol? Oui, mais sur un point de vue biaisé, celui de la victime (par procuration). Il met plutôt en avant le ressenti d’une personne dépossédé de son contrôle sur sa vie. La première vengeance de Cassie, celle qui vise à piéger les hommes, lui permet de reprendre le contrôle et de se rassurer via une idée générale « Les hommes, c’est l’ennemi ». Ce n’est que l’irruption d’un nouvel élément qui brisera cette certitude et lui fera prendre conscience que son problème doit adopter une solution particulière. Dès lors, sa vengeance ciblera les acteurs du drame de son amie. Nous sommes alors sur un niveau « Tous contribuent à faire perdurer cette culture ». Un dernier retournement, lors d’une scène véritablement dramatique, l’amènera à sacrifier totalement sa personne à sa mission. Dès lors, le sujet est le désespoir de Cassie, qui n’a plus de certitude réelle et qui tente une dernière fois de regagner ce contrôle dont elle a été totalement dépossédée. La conclusion de l’histoire, de son point de vue, est donc ce qui peut le plus se rapprocher d’une victoire, mais les allures de happy end de ce final sont douteuses.

Promising Young Woman est un film sur la force de l’amitié et sur un traumatisme qui mène à l’auto-destruction. Vendu sur des formules qui en font un produit smart, malin ou tête de file du mouvement féministe, le scénario se perd lui même dans cette volonté de satisfaire tout le monde, partant dans toutes les directions comme s’il brandissait la perdition de Cassie comme un manifeste pour une génération de femmes. Les Oscars semblent avoir donné raison à Emerald Fennell puisqu’elle a reçu la statuette du meilleur scénario, mais ce scénario indécis reste le plus gros point faible du film. Un film qui n’est jamais meilleur que lorsqu’il parvient à prendre de la distance pour aborder frontalement le drame au centre de l’histoire de Cassie, sa relation à son amie et comment la force de cette amitié a gâché une vie qui commençait si bien. Carey Mulligan est touchante. Elle parvient à briller dans tous les registres de ce personnage caméléon et son jeu révèle qu’elle a très bien compris où était le centre de gravité du film.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :