Titane

Réalisation : Julia Ducournau

Scénario : Julia Ducournau

Directeur de la photographie : Ruben Impens

Montage : Jean-Christophe Bouzy

Chefs Décorateurs : Laurie Colson, Lise Péault

Assistance Réalisatrice : Claire Corbetta

Production : Jean-Christophe Reymond, Olivier Père, Jean-Yves Roubin, Cassandre Warnauts, Christophe Hollebeck

Pays : France

Durée : 1h48

Sortie Française le 14 juillet 2021

Acteurs Principaux : Agathe Rousselle, Vincent Lindon, Garance Marillier, Laïs Salameh, Mara Cisse, Marin Judas

Genre : Drame, Fantastique, Horreur

Note : 4,5/10

Grave est arrivé au bon moment pour réaliser un grand chelem dans les festivals fantastiques. Il y’avait cette année-là peu de concurrence, et la réalisatrice n’était pas dé-méritante. Le film qui a révélé Julia Ducournau pouvait bénéficier d’un contexte frais, celui des écoles vétérinaires, et du traitement frontal du cannibalisme, peu commun dans le cinéma français. Visiblement sous de bonnes influences, elle parvenait à transmettre une certaine complicité au spectateur même si son film souffrait par moment d’atermoiements narcissiques qui le gâchaient. On pouvait pourtant espérer mieux comme suite que ce Titane, qui ne reprend que les défauts de Grave, et aucune de ses qualités.

C’est par choix qu’Alexia (Agathe Rousselle) passe sa vie dans les milieux underground pour exécuter des danses lascives sur des voitures. Depuis un accident alors qu’elle était gamine, elle porte une plaque en titane pour protéger sa tête et elle semble développer une attirance érotique pour le métal et la tôle. Lorsqu’elle tue un fan trop insistant, elle prend goût à l’homicide et massacre brutalement toutes les personnes qu’elle croise. Pour fuir la police, elle se met dans la peau d’Adrien, un gamin disparu des années auparavant. Le père du disparu (Vincent Lindon), capitaine des sapeurs-pompiers écorché vif, se persuade qu’elle est réellement son fils et la prend sous son aile. C’est le début d’une étrange relation entre deux âmes perdues. Mais peu à peu, Alexia voit grandir dans son ventre une forme de vie étrange.

Dès ses premières minutes, Titane parvient très bien à faire ressentir la douleur et l’impact de la violence sur les corps, ce qui explique probablement le dégoût qu’il a fait à certains spectateurs l’ayant vu à Cannes (il n’y avait pourtant pas mensonge sur la marchandise). Cette efficacité dans la mise en scène de la douleur et l’implication de l’étrange et charismatique Agathe Rousselle sont bien les seules qualités du film de Julia Ducournau, et elles s’estompent à mesure de l’accumulation. Dès ses premières images, Titane insiste visuellement sur sa filiation avec le Tetsuo de Shinya Tsukamoto et les films de David Cronenberg qui mélangeaient la chair et la matière, mais l’hybridation ne sera qu’une péripétie dans la suite du film. Aussi proche soit-il des obsessions de ses personnages, le film ne parvient pas non plus à sortir de la simple exposition de bêtes de foire et des images d’Epinal sur les paumés. Il montre tout, mais paradoxalement il reste à la surface. Il y’a comme un effet catalogue, de compilation de scènes, d’indécision sur le noeud de l’histoire, qui rend le film lourd à la digestion. Aussi des occasions manquées. Le scénario pouvait exploiter une sorte de veine trash de Psychose, dans ce croisement d’une meurtrière avec un type psychiquement dérangé. Mais il erre, à se regarder le nombril, sans embrasser réellement aucun de ces sujets. Par moment on ressent quelques soubresauts dans l’électrocardiogramme, lorsqu’Alexia et Vincent se rapprochent ou lorsque la musique apporte une certaine fièvre. Ces moments sensoriels ne sont que fugaces. Ce n’est qu’à la dernière scène qu’une lueur arrive au bout du tunnel, peut-être un sens au film, mais l’ennui est alors bien trop pesant. Une bien curieuse Palme d’Or.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :