Boite Noire

Réalisation : Yann Gozlan

Scénario : Yann Gozlan, Simon Moutaïrou, Nicolas Bouvet-Levrard & Jérémie Guez

Directeur de la Photographie : Pierre Cottereau

Montage : Valentin Féron

Musique : Philippe Rombi

Production : Wassim Béji, Matthias Weber & Thibault Gast

Pays : France

Durée : 2h09

Sélection Reims Polar 2021

Sortie en salles le 8 septembre 2021

Acteurs Principaux : Pierre Niney, Lou de Lâage, André Dussollier, Sébastien Pouderoux, Olivier Rabourdin, Guillaume Marquet

Genre : Thriller paranoiaque

Note : 7,5/10

Le vol Dubaï-Paris s’est écrasé dans le massif alpin. Technicien au BEA, autorité responsable des enquêtes de sécurité dans l’aviation civile, Mathieu Vasseur est propulsé enquêteur en chef sur cette catastrophe aérienne exceptionnelle. Il va devoir analyser les boîtes noires pour transmettre ses conclusions sur l’origine du crash. Une chance inespérée pour le jeune homme, qui se voit contrarié epar l’impact médiatique de la catastrophe et l’implication de grandes compagnies de l’aviation. Si son analyse semble confirmer la thèse d’un attentat terroriste, il se rend très vite compte de certaines incohérences, qui le poussent à aller pousser ses investigations plus loin, au-delà de la simple analyse des preuves qui lui sont fournies. La disparition d’un collègue et des dissimulations d’expertises le conduisent sur un terrain très glissant.

Présenté en compétition officielle du festival Reims Polar 2021, Boîte Noire nous prend de revers en s’introduisant comme un récit de détective dans un univers opaque. De par son scénario très documenté (co-écrit par Jérémie Guez, le réalisateur de Sons of Philadelphia, aussi présent au festival) et son exploration d’un microcosme technique peu abordé au cinéma, sa première partie lorgne vers le très sympathique Le Chant du Loup d’Antonin Baudry. Avec un scénario pareil, il n’aurait pas été désagréable de passer ces deux heures en terrain fermé. Mais nous glisserons progressivement avec Pierre Niney vers une thriller paranoïaque dans le style de La Firme qui croiserait les grands récits de lanceurs d’alertes américains. C’est de façon presque indolore que le revirement se fait, et il apporte au film une couche supplémentaire réjouissante.

Le réalisateur Yann Gozlan a débuté avec le film d’horreur Captifs et il a depuis montré ses appétences pour les ambiances psychologiquement tendues, avec un talent certain. Ayant travaillé avec le scénariste Guillaume Lemans (Pour elle, A bout portant), il partage avec lui une certaine pureté dans l’expression du cinéma de genre qui fait appel à l’intelligence du spectateur. Boîte Noire avance méthodiquement, et presque uniquement par l’image et l’action. Son enquêteur renfermé ne rejoindra pas la longue liste des personnages médiatiques, mais sa position n’en est que renforcée. Sans sur-explication, le spectateur est contraint à ne plus décrocher de l’histoire. La réalisation très fluide l’accompagne, ainsi qu’un scénario qui introduit bien à l’avance ses différentes étapes. Un casting de bons seconds couteaux français dominé par Niney et André Dussolier achève d’en faire une réussite. Sa seule faute de goût est son final, un peu trop spectaculaire, mais il ne gâche rien du plaisir. Surprenant et haletant, Boîte Noire coche toutes les cases pour booster un cinéma français en mal d’originalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :