Lianna

Réalisation : John Sayles

Scénario : John Sayles

Directeur de la Photographie : Austin De Besche

Montage : John Sayles

Musique : Mason Daring

Direction Artistique : Jeanne McDonnell

Production : Douglas McKenna, Jeffrey Nelson, Maggie Renzi, Lauren Wingate

Pays : USA

Durée : 1h40

Sortie en salles aux USA le 19 janvier 1983. Présenté au festival de Cannes le 8 mai 1983.

Acteurs Principaux : Linda Griffiths, Jane Hallaren, Jon DeVries, Jo Henderson, Jessica MacDonald, Jesse Solomon, John Sayles, Stephen Mendillo, Chris Elliott, Maggie Renzi

Genre : Drame

Note : 7/10

Pour son deuxième film, Lianna, John Sayles reste dans un milieu proche de The Return of the Seacaucus 7, celui des trentenaires éduqués de sa génération. Mais ce n’est qu’un contexte qui lui sert à explorer son premier personnage d’outsider, une femme divorcée qui découvre son homosexualité. Lianna est mère de deux enfants et fidèle à son mari, professeur de cinéma dans l’université où elle prend des cours de psychologie. Mais elle ressent une attirance inhabituelle pour une de ses professeures. Cette attirance se concrétisera par une relation, une vraie révolution dans la vie de Lianna. Obligée de divorcer, elle devra composer avec le regard des autres, de ses enfants et avec cette nouvelle identité qu’elle se construit. En 1979, le film Kramer contre Kramer a contribué à faire entrer le divorce un peu plus dans les moeurs, mais il reste encore un sujet de discussion. La sortie trois ans plus tard d’un film sur le divorce d’une femme se découvrant homosexuelle est donc tout sauf anecdotique. Présenté à Cannes, Lianna contribue à faire connaître John Sayles au-delà de son activité de scénariste et de romancier, mais on aurait tort d’avancer qu’il fit l’unanimité dans la critique. Certains lui reprochèrent de ne pas décrire de façon suffisamment violente les discriminations subies par les homosexuelles, voire de noyer un peu le sujet dans le divorce et la nouvelle vie forcée de l’héroïne. Le scénariste/réalisateur/monteur cherche en fait à concilier les différentes facettes d’une expérience particulière.

John Sayles n’a aucunement envie d’en faire un brulôt politique sur l’homophobie aux Etats-Unis au début des années 80. Il abordera bien sûr le sujet, et plutôt deux fois qu’une, mais dans une perspective intégrante. Une perspective qui deviendra son mantra pour l’ensemble de sa carrière de réalisateur : ne pas de coller une étiquette, ne pas rencontrer un point de vue absolu sur une question, mais laisser s’exprimer les gens. Il entend faire vivre de l’intérieur l’expérience de son héroïne, nous faire partager ses doutes et son isolement dans un degré d’intimité peu habituel pour ce type de personnage, mais aussi comprendre les peurs irrationnelles de ses proches, de les faire s’exprimer sur ce sujet de l’homosexualité, souvent passé sous silence et de les faire évoluer vers plus de tolérance. Chacun des personnages croqués, les enfants compris, vivent sous la plume du scénariste, dans toutes leurs particularités. Linda Griffiths aide beaucoup à ressentir l’empathie voulue par le réalisateur. Elle peut-être inconséquente, mais elle dégage une énergie telle qu’on lui pardonne tous ses errements, et surtout, elle est bien loin des canons de l’homosexualité féminine. Le combat quotidien de Lianna lui permettra de s’assumer sa position d’outcast, tout en construisant sa nouvelle vie sociale. Lianna est au final un drame attachant qui cherche à tirer le meilleur d’une situation, de partir d’un constat amer (elle a troqué sa tranquilité sociale pour une histoire sans lendemain, mais ne peut plus revenir en arrière) pour aborder de nouveaux horizons. En somme, une belle histoire humaine qui pose des fondations pour les nombreuses histoires humaines que le réalisateur contera par la suite.

Un commentaire sur “Lianna

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :