What we do in the Shadows – Saison 4

Créateur/ Showrunner : Jemaine Clement

Scénario : Jemaine Clement, Taika Waititi, Stefani Robinson, Wally Baram, Sam Johnson, William Meny, Ayo Edebiri, Sarah Naftalis, Marika Sawyer, Jake Bender, Paul Simms

Réalisation : Yana Gorskaya, Kyle Newacheck, Tig Fong, D.J Stipsen

Directeur de la Photographie : D.J Stipsen

Montage : Yana Gorskaya, Dane McMaster, Liza Cardinale, Wendy Nomiyama, Hannah Anaya, Thomas Calderon

Musique : Mark Mothersbaugh, John Enroth, Albert Fox

Chef Décorateur : Shayne Fox

Direction Artistique : Aaron Noel, Andrea Raymond

Pays : USA

Durée : 10 x 22-30 mn

Diffusée sur FX à partir du 22 au 6 septembre 2022. Sur canal+ en US+24

Production : Garrett Basch, Jemaine Clement, Ingrid Lageder, Taika Waititi, Paul Simms, Eli Bush, Stefani Robinson, Marika Sawyer, Derek Rappaport, Sam Johnson, Kyle Newacheck, Yana Gorskaya, Zach Hagen, Tyson Breuer, Zach Dunn, Ayo Edebiri, Shana Gohd, William Meny, Samantha Shier, Sarah Naftalis, Kate Bunch

Acteurs Principaux : Matt Berry, Natasia Demetriou, Kayvan Novak, Harvey Guillen, Mark Prolsch, Kristen Schaal, Anoop Desai, Parisa Fakhri

Genre : Comédie Fantastique

Note : 8/10

La saison 3 de What we do in the Shadows nous avait laissés sur des changements radicaux. Colin Robinson mourrait à l’occasion de son centième anniversaire et un bébé Colin Robinson sortait de son ventre. Nadja partait seule à Londres en tant qu’unique cheffe du Conseil, Guillermo la suivant contre son gré. Quand à Nandor, il décidait de soigner sa dépression en quittant la demeure. Laszlo décidait d’élever le bébé Colin sans en parler aux autres, seul dans un manoir vide. Comment la série pouvait-elle survivre avec nos vampires colocataires disséminés aux quatre vents? Jemaine Clement a tout simplement fait revenir tout le monde dès le premier épisode, laissant à l’anecdote cette séparation.

Mais ces changements n’auront pas été vains car ils déclenchent de nouveaux arcs pour tous les personnages, dans une année très spéciale. Lazslo prend goût à son rôle de père avec le bébé Colin Robinson, qui devient vite un garçonnet. L’équipe d’effets spéciaux donne naissance de façon plus ou moins heureuse à une étrangeté composée d’un corps d’enfant, d’un comportement enfantin typique et du visage de Mark Prosch (les scènes de l’acteur sont tournées séparément sur fond vert). Inquiétant et irrésistible. Après l’échec de son expérience en tant que cheffe, Nadja décide d’ouvrir un night-club de vampires qui devient le lieu à la mode pour les vampires du coin. Le jeune Colin Robinson y exécute des chants et des numéros de danse qui mettent à jour une déviance un peu glauque et peu connue des vampires : les spectacles de jeunes enfants. Nandor libère un djinn – génie du folklore arabe – qui lui permet de réaliser ses plus grands souhaits. Il lui demande de faire revenir à la vie les femmes et hommes de son harem pour choisir un(e) conjoint(e). Après une longue indécision, la parfaite et soumise Marwa finit par avoir sa préférence et devenir sa femme. Mais l’insatisfaction demeure. Guillermo aide Laszlo dans l’éducation du garçonnet Colin Robinson et il reprend ses tâches quotidiennes au manoir, tout en aidant Nadja à gérer son club. La Guide, incarnée par la pétulante Kristen Schaal, prend la co-gérance du club de Nadja et elle acquiert nettement plus d’importance. Autant qu’on la verrait bien intégrer le générique avec tout ce petit monde.

La grande qualité de cette saison 4 est d’avoir su lier naturellement toutes ces intrigues. Un vent nouveau souffle sur la cohabitation et les scénaristes peuvent se laisser aller à tous les débordements. Les épisodes The Night Market (4.04) et The Wedding (4.06) comptent parmi les meilleurs épisodes de « rassemblement » de la série. Entre florilège de personnages secondaires récurrents (le relooking du baron façon Pretty Woman est exquis), détails baignés dans l’humour noir et moments particulièrement étrange, la saison 4 de What we do in the Shadows profite de l’instant présent. Elle s’offre également son premier vrai changement de forme avec Go Flip Yourself (4-08), épisode entièrement réalisé à la manière d’un show tévé : Une équipe de l’émission préférée de Laszlo vient refaire le manoir et s’expose à de grands dangers. Cette conjoncture très spéciale est propice à la création de nombreux souvenirs, comme l’issue de la saison est un retour au statu quo. Voir son enfant grandir, la prospérité, le mariage rêvé, autant de rêves bien humains, mais tout aussi fugaces, qu’expérimentent nos vampires sur ces dix épisodes chargés en humour et en émotions.

Jemaine Clement et ses scénaristes n’ont pas pour autant lâché leur grand fil rouge. L’évolution de Guillermo est nette cette année, en dépit de son retour à la position de sous-fifre. Il parviendra à faire son coming-out et arrivera peu à peu à une prise de conscience cristallisée dans la dernière scène de la saison. Le jeu de non-dit sur sa relation avec Nandor n’existe pour ainsi dire plus, de plus en plus voyant à mesure que Nandor s’invente un nouveau foyer, culminant lors de l’avant dernier épisode de la saison Freddie (4-09) dans lequel le vampire pique le nouveau petit copain de son familier en transformant sa femme Marwa en la parfaite copie de celui-ci. Leur dynamique devrait prendre une toute autre forme dans la saison 5 avec l’étape décisive qui s’amorce dans l’évolution de Guillermo. Après une année très spéciale, le quotidien est de retour dans la demeure de Staten Island, mais on peut faire confiance à What we do in the Shadows pour nous étonner et nous surprendre lors de la prochaine saison, qu’on attendra avec toujours plus d’impatience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :