Tuer n’est pas Jouer – I saw what you did

William Castle passe toute la première partie à alterner deux films destinés à se croiser, l'un qui vire vers le polar noir qui suit Marak et sa maîtresse, l'autre un teen movie inconséquent dans l'univers et les fantasmes de deux adolescentes.

La Meurtrière Diabolique – Strait-Jacket

La meurtrière diabolique est un bon film à suspens qui est porté par Joan Crawford du début à la fin, laissant un peu sur le carreau la jeune héroïne et son fiancé. Mais contrairement à ce que le début pourrait nous suggérer, son jeu montre de nombreuses nuances qui la rendent profondément humaine.

El Reino

Nous assistons à l'isolement du cador et nous le regardons se débattre. Pris dans l'engrenage, le spectateur parvient lui aussi de moins en moins à prendre de la hauteur sur les événements. Il est difficile de cerner le moment où l'enfermement aux côtés de Manuel Lopez Vidal se produit, mais il est définitif.

Le Vent de la Liberté – Ballon

Le plus grand écueil du film se situe dans la faible exposition des enjeux qui conduit à rendre les protagonistes antipathiques. En contextualisant plus sur l'oppression régime de l'Est et en donnant à voir ce qui les attendait à l'ouest, l'idée d'une liberté à atteindre aurait eu plus de sens.

Captive State

Il ne faudra pas longtemps pour se rendre compte que nous sommes dans un thriller politique plus que dans un film de SF. Les aliens législateurs ne feront que des apparitions dans l’ombre, alors que tout se joue entre les collabos haut-placés et la cellule de résistance de Chicago.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑